L’Académie Royale d’Archéologie de Belgique (ARAB) ou Koninklijke Academie voor Oudheidkunde van België (KAOB) a pour objet de favoriser le développement en Belgique des études d’archéologie et d’histoire de l’art, ainsi que des disciplines scientifiques associées à ces matières.

Créée en 1842, elle s’est constituée en 1934 en Association sans but lucratif (ASBL) dirigée par un Conseil d’administration et un Bureau. Elle est placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi. Ses réunions se tiennent, depuis 2009, au Palais des Académies à Bruxelles.

L’Académie entretient des rapports soutenus avec bon nombre d’autres académies, d’archéologie et d’histoire de l’art notamment; elle est également membre de l’Union Académique internationale (UAI) et s’est vue désignée, en 2012, par le Comité International d’Histoire de l’Art (CIHA) pour assumer la fonction de Comité belge d’histoire de l’art (CBHA - BCK).

Rassemblant des spécialistes émanant des différentes communautés, institutions et champs de réflexion impliqués en Belgique dans le développement de ces disciplines, elle compte statutairement 60 membres titulaires, sélectionnés parmi les membres correspondants nommés depuis trois ans au moins, ainsi que 40 membres correspondants élus selon un double processus de parrainage et d’élection. L’Académie nomme également, depuis 1967, des membres associés étrangers, afin d’établir des contacts privilégiés avec des « personnes de nationalité étrangère qui concourent au développement de l’archéologie et de l’histoire de l’art en Belgique par leur enseignement ou leurs travaux ».

Les travaux de l’Académie consistent principalement en séances ordinairespublications, recherches collaboratives, organisation de colloques et soutien à diverses initiatives visant au développement de la recherche dans les matières qui la concerne. 

L’Académie a publié, de 1843 à 1930, les Annales de l’Académie royale d’Archéologie de Belgique ainsi que le Bulletin de l’Académie royale d’Archéologie de Belgique paru de 1868 à 1930 auxquels a succédé, en 1931, la Revue belge d’Archéologie et d’Histoire de l’Art - Belgisch Tijdschrift voor Oudheidkunde en Kunstgeschiedenis. Classée en catégorie « A » dans le classement international (2011). 

Elle a attribué divers prix et institué, en 2013, le Prix de l’Académie royale d’Archéologie de Belgique destiné à récompenser une étude inédite consacrée à un artiste, une œuvre, une région ou à un aspect de l'humanisme en Belgique. Son règlement peut être consulté sur ce site.

Bien qu’elle se définisse elle-même comme une chambre de réflexion, et non comme un groupe de pression, elle peut prendre position sur des questions qui impliquent ses responsabilités. Une implication qu’elle entend maintenir au travers l’organisation de journées de réflexion portant sur l’évolution des pratiques, ainsi que sur des questions d’éthique propres à ses disciplines.